Les affections psychiques liées au travail en hausse en 2016

Le 12 janvier, la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie (CNAM) a publié son rapport d’activité 2016. Si la fréquence des accidents du travail reste à un niveau historiquement bas en 2016 et les maladies professionnelles diminuent, les problématiques psychiques liées au travail sont en augmentation depuis les 5 dernières années.

 

Au travail, les femmes représentent la majorité des victimes de troubles psychiques (60%)

Une hausse continue des affections psychiques liées au travail depuis 5 ans

En 2016, ce sont plus de 10 000 affections psychiques qui ont été reconnues comme accident du travail et près de 600 comme maladie (dépressions, troubles anxieux, stress post-traumatique, troubles mentaux et du comportement). Cela peut paraître relativement peu en comparaison des 1 497 860 déclarations d’accidents du travail et de maladies professionnelles annuels, mais c’est la hausse continue sur cinq ans des troubles psychosociaux liés au travail qui est alarmante. D’autant plus que dans le même temps, le nombre d’accidents du travail d’autre nature baisse.

La part des affections psychiques dans l’ensemble des accidents du travail est passée de 1 % à 1,6 % en 5 ans (2011/2016)  (source : Assurance Maladie)

Les facteurs expliquant la hausse des affections psychiques

Il y a eu tout d’abord une prise de conscience : les victimes engagent aujourd’hui davantage de démarches pour faire reconnaître une affection psychique en lien avec le travail. En 2011, l’Assurance Maladie avait reçu 200 demandes, en 2016, ce sont 1 100 enregistrements reçus, et sans doute le chiffre devrait atteindre 1 500 pour 2017.

Toutes les demandes ne sont pas reconnues par l’Assurance Maladie : une demande sur deux est reconnue dans le cas des maladies professionnelles (50%) et un peu plus des deux tiers lors des accidents du travail (70%).

Enfin, le rapport de l’Assurance Maladie nous renseigne sur l’origine de l’affection, à proportion égale :

  • un choc ou un stress lié à un événement violent au travail (agression, braquage, attentat…)
  • le stress, les violences internes, des conditions de travail dégradées.

Le profil des personnes touchées

Les chiffres de l’Assurance Maladie illustrent bien que tous les travailleurs ne sont pas confrontés aux mêmes risques dans ce domaine. Quels sont les profils les plus confrontés aux affections psychiques ?

  • Les femmes : 60% des personnes victimes d’une affection psychique liée au travail sont des femmes.
  • Les personnes en contact avec le public : près de la moitié des problématiques concerne  trois secteurs où le contact avec le public est très présent : le médico-social (18 %), le transport (15 %) et le commerce de détail (13 %).
  • Les quadragénaires : la tranche d’âge la plus concernée est la quarantaine.
  • Les employés : la catégorie des employés est la plus touchée par les affections psychiques liées au travail.

Prévenir les RPS

Pour faire face à l’émergence des risques psychosociaux et préserver la qualité de vie au travail, le Groupe JLO accompagne les employeurs dans la mise en place de politique de prévention des RPS.

Une prévention primaire, secondaire et tertiaire, qui peut prendre la forme :

En savoir plus sur l’expertise Santé au travail du Groupe JLO

Publié le 26 janvier 2018 dans Santé au travail

Contact Linkedin Twitter