Comment interpréter la forte hausse des arrêts maladie ?

C’est un indicateur qui alarme : la hausse des arrêts maladie. La Caisse Nationale de l’Assurance Maladie (CNAM) annonce une hausse des coûts de 5,2% sur l’année 2017 et même de 8% pour ce seul mois de janvier 2018. Bien sûr, il peut y avoir des facteurs explicatifs comme les épidémies hivernales, mais au-delà, les chiffres marquent une tendance. Comment interpréter cette hausse des arrêts maladie ? Et comment agir pour tenter d’inverser ce phénomène ?

Arrêts maladies, absentéisme, maintien en emploi, reprise d'activité... des sujets traités par le Groupe JLO.

Le coût des arrêts de travail croit plus vite que les dépenses de santé depuis 2014

Avant tout… des interprétations

Il n’est pas évident d’expliquer la hausse des arrêts maladies, pour la simple et bonne raison que la cause des arrêts n’est pas connue. Il est donc seulement possible de proposer des interprétations…

Une première explication peut être liée à la reprise économique qui pourrait impacter le nombre des arrêts de deux façons :

  • d’une part, la légère baisse du chômage entraîne mécaniquement la hausse du nombre de personnes en emploi et donc du nombre d’arrêts de travail potentiels ;
  • d’autre part, avec la crise économique, les salarié.e.s auraient pu – par crainte – limiter au maximum les arrêts de travail, avec la reprise ce comportement pourrait diminuer.

Autre raison avancée, le vieillissement de la population active et donc un nombre croissant de salarié.e.s fragiles et susceptibles de connaître davantage d’arrêt maladie.

… une dégradation des conditions de travail ?

Toutefois, pour certains observateurs, la peur du chômage est toujours présente, et des salarié.e.s s’investissent et travaillent sans compter, au point de mettre leur santé en question.

Plus globalement, pour de nombreux spécialistes de la santé au travail, c’est aussi la dégradation des conditions de travail qui expliquerait la situation : risques psycho-sociaux, difficultés à concilier les temps de vie privée et vie professionnelle, hyper-connexion…

En début d’année, la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie (CNAM) soulignait d’ailleurs dans son rapport d’activité 2016 la hausse des problématiques psychiques liées au travail depuis ses 5 dernières années (voir notre article à ce sujet).

Sensibilisation des médecins, expérimentation auprès des entreprises

Face à cette augmentation des dépenses, la CNAM a tout d’abord essayé de jouer sur la durée des arrêts maladie en diffusant auprès des médecins un référentiel de nombre de jours par type de pathologie. L’initiative est diversement perçue, mais souvent suivie car la CNAM peut effectuer des contrôles.

Une autre initiative est menée auprès de quelques entreprises sélectionnée en raison du taux d’absentéisme de leur salarié.e.s, beaucoup plus élevé que dans les autres entreprises du même secteur d’activité. Très concrètement, la CNAM informe les entreprises sur ce taux anormalement élevé et les renseigne sur les pathologies à l’origine des arrêts : lombalgies, troubles musculo-squelettiques, troubles psycho-sociaux… Les entreprises sont alors incitées à agir en matière de prévention.

Cette expérimentation s’adresse pour l’instant à seulement cinq entreprises. Les entreprises sélectionnées ont un effectif supérieur à 200 personnes : un seuil jugé suffisant pour pouvoir transmettre des données agrégées préservant l’anonymat des salarié.e.s concerné.e.s. De plus, la CNAM ne renseigne que sur « des motifs génériques ». Une évaluation du dispositif permettra de juger l’opportunité de décliner ces actions à d’autres entreprises.

L’absentéisme, l’un des signaux du risque de désinsertion professionnelle

Le Groupe JLO et le cabinet d’avocats CWA proposent une matinale le 03 avril 2018 à Paris : « Prévenir et réguler l’absentéisme : garder le lien pendant l’arrêt et préparer la reprise d’activité ».

Une occasion pour remettre le sujet de l’absentéisme au cœur de la QVT avec une entrée principalement axée sur la prévention : précocité des prises en charge, conservation du lien avec le collaborateur (avec rappel du cadre légal dans ce domaine), préparation à la reprise d’activité.

Comment réduire la durée des absences, leur fréquence, leur répétabilité ? Comment prévenir la désinsertion professionnelle ?

Une matinale animée par Albine GASQUET, Directrice Générale du Groupe JLO, Pierre MANIFICAT, coach et expert accompagnement  du Groupe JLO et Laurence COHEN, Avocate Associée du Cabinet CWA.

Inscription à la Matinale « Absentéisme et QVT » 03.04.2018 – Paris

Publié le 1 mars 2018 dans Santé au travail

Contact Linkedin Twitter