Que pensent les Français du télétravail ?

Le télétravail concerne encore une minorité de Français, 15 à 20% selon les sources. Il est moins développé dans l’hexagone que chez nos voisins européens. Pour autant, les attentes sont fortes,  encouragées par l’évolution du cadre légal depuis fin 2017 qui favorise maintenant le recours à cette forme de travail.

Quelles sont les aspirations aujourd’hui des travailleurs en matière de télétravail ? Le télétravail contribue-t-il à une meilleure conciliation des temps de vie personnel et professionnel ? Suscite-t-il des inquiétudes ?

Une étude* Harris Interactive pour l’observatoire Enedis fait le point sur les attentes des Français en matière de télétravail à l’heure où se généralisent les expérimentations et les accords d’entreprise.

 

* Les Français et le travail à distance  – Harris Interactive – Enquête réalisée en ligne du 13 au 15.03.18. Échantillon de 1 000 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus (Méthode des quotas). Télécharger le rapport complet en suivant ce lien.

 

Pour 60% des Français, le premier bénéfice du télétravail est la meilleure articulation entre vie professionnelle et vie personnelle

 

Le télétravail favorisé par l’évolution du cadre légal

Le cadre légal du télétravail a récemment évolué avec l’ordonnance du 22 septembre 2017 qui définit plus clairement sa mise en œuvre. Le télétravail peut être contractualisé au travers d’un accord ou d’une simple charte. Dans ce cadre définit, l’employeur qui refuse alors le télétravail à un salarié doit motiver sa réponse.

Mais ce télétravail « officiel » ne concernerait encore qu’une très faible part des travailleurs : 6% selon les données de la DARES (2016). Un chiffre bien éloigné de la réalité, car lorsque l’on considère le télétravail même informel, un salarié sur cinq est concerné.

L’articulation des temps de vie professionnelle et de vie personnelle

La séparation entre la vie professionnelle et la vie personnelle n’est pas si évidente : selon l’étude Harris interactive, 65% des actifs français déclarent qu’au moins une fois par semaine, ils pensent à leur travail ou aux tâches qu’ils doivent effectuer et qu’à 45% ils consultent leurs emails professionnels en dehors de leurs horaires de travail.

De façon hebdomadaire, 30% des salariés et même 59% des cadres déclarent poursuivent leur travail à leur domicile… le droit à la déconnexion est par conséquent malmené. Mais au final, cela ne va pas à l’encontre des aspirations au télétravail, car ce dernier est aussi vu comme une possibilité de mieux concilier les temps de vie.

(A ce sujet, lire notre article : Matinale « Télétravail et déconnexion » : réflexions croisées du Groupe JLO et du Cabinet d’avocats CWA).

La combinaison gagnante : télétravail et présentiel

Une personne sur deux (51%) déclare être intéressée par un rythme de travail combinant des temps de télétravail et des temps passés sur son lieu de travail. Seulement 14% des interrogés déclarent souhaiter uniquement travailler de chez eux, et 34% uniquement dans les locaux de leur entreprise.

Cette combinaison télétravail-présentiel est d’ailleurs encore plus mise en avant par ceux qui pratiquent déjà le travail à distance (65% d’entre eux déclarent préférer cette alternance).

Télétravail : opportunité ou risque ?

Pour les salariés, le télétravail rime avec « gain de temps », « liberté », « autonomie », « confort ». Le télétravail est estimé « pratique », « efficace », et c’est encore plus marqué chez ceux qui l’ont déjà expérimenté.

Mais les travailleurs sont aussi conscients des risques liés au télétravail : une frontière moins claire entre la vie professionnelle et la vie personnelle (57%), un sentiment de solitude (51%), une plus grande difficulté à travailler sur un projet collectif (44%). La perception des risques est d’ailleurs assez proche entre l’ensemble des Français et les actifs qui télétravaillent déjà.

Le télétravail dans le cadre d’une démarche de Qualité de Vie au Travail

Le télétravail est un dispositif souvent expérimenté par les entreprises pour des publics en particulier (maternité, situation de handicap, mi-temps thérapeutique…) avant d’être généralisé.

En effet, comme le soulignait Jean-Luc ODEYER (dans l’un de nos précédents articles) : « Certaines entreprises afin d’améliorer les conditions de travail des personnes handicapées qui pouvaient être fatiguées par les déplacements pour se rendre de leur domicile au travail, ont expérimenté le télétravail. En constatant que cela était bénéfique pour les personnes concernées et que cela ne réduisait pas la performance individuelle, elles ont décidé d’étendre le dispositif à l’ensemble des collaborateurs ».

La généralisation du télétravail, peut alors se faire dans le cadre d’un projet QVT. Pour cela, les experts du Groupe JLO propose aux employeurs, un état des lieux de leurs politiques existantes: politique RH sur le champ de la QVT, prévention santé et sécurité, indicateurs mis en œuvre, cela afin de les accompagner à la définition du champ de leur politique QVT.

En savoir plus sur le cadrage d’un projet QVT

Publié le 5 avril 2018 dans Qualité de vie au travail

Contact Linkedin Twitter