Conciliation vie privée – vie professionnelle, conclusions de l’étude Dares

Vie familiale et vie professionnelle peuvent être difficiles à concilier. Ces difficultés peuvent se traduire par des problèmes de relations familiales et affectives, un manque de satisfaction au travail ou des problèmes de santé et de stress. En réponse à la question : « Vos proches se plaignent-ils que vos horaires de travail vous rendent trop peu disponible pour eux ? », 14% des hommes et 13% des femmes répondent par l’affirmatif.

Les femmes plus susceptibles de faire l’objet de reproches

Dans une analyse « toutes choses égales par ailleurs » (1), la probabilité, en tenant compte des caractéristiques individuelles et de l’ensemble des conditions de travail, de recevoir des reproches de l’entourage est environ 20% plus élevée pour les femmes que pour les hommes.

Le fait de travailler à temps partiel apparait comme un facteur influant sur les équilibres de temps de vie. En effet moins de 10%des salariés travaillant à temps partiel témoignent de reproches de la part de leur entourage (versus 14% pour les salariés à temps plein). Quand on s’intéresse à la raison pour laquelle ces personnes travaillent à temps partiel, 23% des femmes, ayant au moins un enfant de moins de 18 ans, répondent « pour s’occuper de leurs enfants », versus moins d’1% pour les hommes dans la même situation. 

Concernant les habitudes de temps de travail domestique, ce sont 72% des hommes et 44% des femmes à temps complet qui ont répondu y consacrer « moins de 6 heures par semaine ». Alors que sont 6,1% des hommes et 19,3% des femmes à temps complet qui ont répondu « plus de 12 heures par semaine ». On comprend donc que les tâches domestiques restent majoritairement à la charge des femmes. On constate même que les femmes accomplissant plus de 12 heures par semaine de tâches domestiques sont celles recevant le plus de reproches de leur entourage du fait de leur manque de disponibilité : 14,5%, contre 12,4% pour celles effectuant moins de 6 heures par semaine.

Bien-être familiale et santé, en lien avec la conciliation des temps de vie

La question de l’autonomie et du soutien social est tout aussi cruciale. Etre aidé par ses collègues et sa hiérarchie contribue à une meilleure conciliation des temps de vie ; à titre d’illustration 9% des hommes, ayant un score élevé de soutien social (2), expriment des difficultés avec leurs proches contre 26% des hommes avec un faible score de soutien social.

L’absentéisme professionnel ponctuel lié à des imprévus personnels suscite aussi des tensions familiales… Ce sont seulement 9% des femmes et 11% des hommes pouvant s’absenter en cas d’imprévu personnel qui témoignent de difficultés avec leurs proches, contre 20% pour les salariés n’ayant pas cette alternative.

L’intensité du travail et la charge mentale sont également des facteurs de tension. Ce sont 21% des salariés qui doivent « toujours ou souvent se dépêcher dans leur travail » qui constatent des difficultés avec leurs proches. A contrario, seulement 7% des femmes et hommes, avec un rythme professionnel stable, estiment avoir des problèmes au sein de leurs entourage.

L’étude nous apprend que le manque de déconnexion est une cause importante de déséquilibre 26% des hommes et 21% des femmes ne parviennent pas à ne plus penser à leur métier hors du lieu de travail. En conséquence, il y a un réel impact sur le bien-être psychologique qui peut amener dans certains cas à des syndromes dépressifs (pour 18% d’entre eux).

Pour finir, il est possible d’établir un lien entre la santé et les reproches émanant de l’entourage. Les personnes victimes de reproches de la part de leur entourage sont plus susceptibles de signaler un état de santé perçu comme « altéré » contrairement à celles n’étant pas la cible de reproches. Ainsi on constate que 41% des femmes et 29% des hommes qui sont victimes de reproches de leur entourage estiment leur état de santé mauvais (total des « assez bon », « mauvais » et « très mauvais »), contre 28% et 19% qui ne sont pas sujets à des reproches.

Le Groupe JLO s’engage pour la Qualité de Vie au Travail

Le Groupe JLO prend pleinement en compte la question de l’Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes,  comme en témoignent nos labels Diversité et Egalité Professionnelle. C’est pourquoi la question de la conciliation de la vie privée et professionnelle est un enjeu important au sein du Groupe. A ce titre nous avons mis en place du télétravail, des jours de récupération d’usage, le droit à la déconnexion, l’autorisation d’absences rémunérées pour les examens médicaux ou sociaux obligatoires dans le cadre d’une grossesse ou d’une adoption…

(1) Les variables de contrôle utilisées sont les caractéristiques personnelles, les contraintes horaires, l’intensité du travail, le soutien social, l’autonomie dans le travail, l’insécurité, les conflits de valeurs, les exigences émotionnelles.

(2) Ce score de 0 à 6 est calculé selon 6 critères valant chacun 1 point :

  • Si aide du ou des supérieur(s) hiérarchique(s) en cas de travail délicat ;
  • Si aide des collègues en cas de travail délicat ;
  • Si possibilité de coopérer pour effectuer son travail correctement ;
  • Si suffisamment de collègues/collaborateurs pour effectuer son travail correctement ;
  • En l’absence de situations de tensions avec le (ou les) supérieur(s) hiérarchique(s) ;
  • En l’absence de situation de tension avec les collègues

Suivez-nous

Contactez-nous

Contact Linkedin Twitter