Egalité professionnelle : les inégalités salariales selon le rapport de l’OIT

La croissance mondiale des salaires est au plus bas depuis 2008, tandis que les femmes gagnent toujours en moyenne, 20% de moins que les hommes selon le dernier rapport mondial sur les salaires de l’OIT*. 

L’écart de rémunération entre hommes et femmes représente aujourd’hui l’une des plus grandes manifestations d’injustice sociale et tous les pays devraient essayer […] de progresser plus rapidement vers l’égalité des sexes “

précise Guy Ryder, Directeur Général de l’OIT.
Egalité professionnelle : les inégalités salariales selon le rapport de l'OIT
© Betsy Davis / UN Women
*Rapport mondial sur les salaires 2018/19 de l’OIT – données provenant de 136 pays. 

La croissance mondiale des salaires au plus bas 

Les constats du rapport sont unanimes, la croissance mondiale ralentit. Elle est passée de 2,4% en 2016 à 1,8% en 2017. Un ralentissement très marqué dans les pays avancés du G20 où la croissance des salaires est passée de + 0,9% en 2016, à seulement + 0,4% en 2017. A l’inverse les pays émergents et en développement du G20 sont moins touchées avec une croissance des salaires fluctuant entre + 4,9 et + 4,3%. 

Un constat déroutant pour Guy Ryder, directeur Général de l’OIT, qui observe en parallèle une reprise de la croissance et du PIB, une baisse du chômage et une lente augmentation du niveau de vie. Pourtant selon lui, les salaires qui stagnent sont un obstacle à la croissance économique et à la hausse des niveaux de vie. 

Au cours des 20 dernières années, les salaires moyens ont presque triplé dans les pays émergents, alors qu’ils n’ont augmenté que de 9% dans les pays du G20. Cependant dans de nombreuses économies à bas revenus, les inégalités salariales restent importantes et les salaires insuffisants pour garantir un niveau de vie décent pour les travailleurs et leur famille. 

Des inégalités salariales inacceptables en fonction du genre 

Pour calculer ces écarts de rémunération, le rapport s’est basé sur une méthode de calcul plus précise en utilisant des données provenant de 70 pays recouvrant 80% du total des actifs. Il constate qu’à l’échelle mondiale, les femmes continuent de percevoir 20% de moins en moyenne que les hommes. 

Dans les pays à hauts revenus, c’est dans la fourchette haute des salaires que l’écart des rémunérations se creuse le plus. A l’inverse, pour les pays à revenus bas/intermédiaires, c’est parmi les travailleurs les moins rémunérés que les inégalités sont les plus grandes.

Ecarts de rémunération : quels facteurs ? 

Le rapport montre également que les différences de niveau d’éducation entre les femmes et les hommes salariés influent finalement peu sur ces écarts de rémunération. Dans de nombreux pays, les femmes sont en général plus diplômées que les hommes, mais touchent des salaires moindres. De plus les salaires en général ont tendance à être inférieurs dans les professions où la main d’œuvre féminine est prédominante

Parmi les facteurs qui expliquent ces inégalités salariales, le poids de la maternité est considérable. Cela est lié à de multiples facteurs :  

  • Interruption de carrière 
  • Réduction du temps de travail 
  • Difficulté de concilier vie privée et vie professionnelle etc… 

Le partage des tâches familiales, ainsi que la promotion de la paternité pourraient, dans de nombreux cas, permettre aux femmes de faire des choix professionnels différents. 

Relire notre article sur l’impact des naissances sur les inégalités 

Malgré tout, les faits montrent qu’avant même la maternité, les femmes subissent déjà une inégalité de rémunération. En cause, les stéréotypes et la discrimination dès l’entrée sur le marché du travail

Relire notre article Garantir l’égalité des chances dans les procédures RH 

L’importance des politiques d’égalité professionnelle 

S’il est difficile de mesurer l’impact réel d’une politique d’égalité professionnelle, il est incontestable que la lutte contre les discriminations, le harcèlement, les violences et les injustices est bénéfique à la Qualité de Vie au Travail. 

On constate souvent : 

  • Une hausse de la productivité 
  • Une hausse de l’engagement et de la motivation des collaborateurs 
  •  La diminution des risques psycho-sociaux (RPS) et par conséquent des arrêts de travail pour burn-out, harcèlement etc… 
  • Une image de marque valorisée (les nouvelles générations sont de plus en plus en attente de politique RH responsables) 

Relire notre regard d’expert « Comment les politiques d’égalité professionnelle boostent-elles les performances des entreprises ? » 

L’égalité professionnelle au sein du Groupe JLO 

En tant qu’acteur responsable du conseil RH et QVT, le Groupe JLO applique depuis toujours une politique d’égalité professionnelle et diversité. Signataire de manifestes tel que « Sexisme pas notre genre », de la charte LGBT de l’Autre cercle et également doublement labellisé Egalité Professionnelle et Diversité par l’Afnor, le Groupe JLO est fier de compter plus de 50% de femmes parmi ses équipes et un taux d’emploi handicap de 13,28%.  

Faites-vous accompagner par un expert 

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

Suivez-nous

Contactez-nous

Contact Linkedin Twitter