Inégalités femmes-hommes : l’impact des naissances

Malgré des niveaux d’études et d’expérience professionnelle souvent supérieurs, les femmes salariées dans le secteur privé gagnaient en moyenne 18% de moins* que les hommes en équivalent temps plein en 2015. Une des raisons de cet écart pourrait être  le temps consacré aux naissances et le statut de mère, qui incitent les femmes à faire une pause dans leur carrière et choisir des entreprises souvent moins rémunératrices pour mieux concilier vie familiale et professionnelle.

Une autre actualité sur le sujet « Les femmes et le plafond de verre dans la fonction publique »

Inégalités femmes-hommes : l’impact des naissances - Groupe JLO,
*D’après la dernière enquête de l’Insee du 19 février 2019.

Un écart salarial plus important entre mère et père

S’il existe actuellement des inégalités salariales importantes entre femmes et hommes, celles-ci sont plus importantes encore entre mères et pères. En moyenne, les mères gagneraient 11% de moins que les pères à 25 ans et 25% de moins à 45 ans. Finalement l’écart de salaire entre pères et mères est de 23% alors que pour les salariés sans enfants il se maintient autour de 7%.

Des inégalités qui se creusent par la baisse de salaire des mères après la naissance d’un enfant (entre 2 et 3%) quand les pères, à compétences égales dans les mêmes entreprises bénéficient d’augmentations (2 à 3%). A ces écarts de salaires viennent s’ajouter des divergences entre les opportunités au long de la carrière (mobilité/promotions) qui ne font qu’accroitre le déséquilibre salarial entre mères et pères plusieurs années encore après les naissances.

Les écarts de primes entre femmes et hommes se creusent près de 5 ans après la naissance du premier enfant et 3 ans après le second.

Les mères surreprésentées dans les entreprises les moins rémunératrices

D’après l’Insee, à compétences égales on compte plus de femmes que d’hommes dans les entreprises généralement moins rémunératrices. Cela pèserait pour près de 11% des inégalités de salaire horaire selon le genre. L’étude met en lumière deux hypothèses :

  • Le choix des mères pour des entreprises qui permettent de mieux concilier les temps de vie au détriment des hauts salaires.
  • La réticence des entreprises les plus rémunératrices à embaucher ou garder les femmes qui ont des enfants.

La recherche de stabilité et de flexibilité des horaires

Les mères travaillent plus souvent que les pères dans des entreprises offrant des horaires plus « flexibles » avec des possibilités de temps partiel. Un temps partiel pratiqué par 20% des femmes en général (vs 14% des hommes) dont l’usage s’intensifie pour les mères et les parents de deux enfants ou plus.

L’Insee constate également que les mères travaillent souvent à proximité de leur domicile afin de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle. Elles sont également moins enclines à changer d’employeur, particulièrement entre deux et dix ans après une naissance. Ces contraintes expliquent en partie la réduction des marges de négociations salariales des femmes. Les congés maternité des femmes mettent également un frein à leur carrière à un moment où les pères connaissent des opportunités d’évolution et d’augmentation. Les femmes qui travaillent dans les sociétés les plus rémunératrices, comme les hommes, n’interrompent pas leur carrière.

Le Groupe JLO, labellisé égalité professionnelle

De par sa double labellisation, Egalité professionnelle et Diversité, le Groupe JLO est engagé dans la lutte contre les inégalités. Nos équipes sont composées de deux-tiers de femmes, un taux d’emploi supérieur à la moyenne, y compris dans nos postes de management. De plus, nous respectons la parité dans nos comités stratégiques et opérationnels.

Nos consultants, experts dans le pilotage de politiques Diversité, vous accompagnent et vous conseillent dans les démarches de diagnostic, de mise en œuvre de  plans d’actions ou de labellisation.

Je souhaite réaliser un diagnostic égalité professionnelle

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

Publié le 28 février 2019 dans Diversité Qualité de vie au travail

Contact Linkedin Twitter