La sinistralité au travail : les femmes plus exposées

Chaque année, l’Anact actualise l’ensemble des accidents du travail et de trajets ainsi que des maladies professionnelles à partir des données de la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie. Cette étude quantitative de l’évolution sur 15 ans (2001 à 2016) met en évidence la baisse des accidents du travail chez les hommes depuis 2001 face à l’augmentation des accidents chez les femmes.

Quelles sont les raisons de ces écarts en matière de santé au travail ?

La sinistralité au travail : les femmes plus exposées - Groupe JLO

Une baisse globale qui cache la hausse des accidents chez les femmes

La baisse globale des accidents du travail et de trajets chez les hommes depuis 2001 masque une autre vérité plus inquiétante : la hausse des accidents chez les femmes. En quinze ans, les accidents de travail ont augmenté de plus de 30% chez les femmes, alors qu’ils ont reculé de 29% chez les hommes. Le nombre d’accidents de trajets a suivi la même tendance avec une hausse de 18,6%, versus une baisse de 13,3% en quinze ans.

Si la progression des maladies professionnelles concerne autant les deux sexes et a doublé en quinze ans, elle est deux fois plus rapide chez les femmes (145% de progression). Des écarts qui sont plus importants dans les secteurs mixtes, comme le commerce et la santé, ou à prédominance féminine, comme les secteurs du social ou du nettoyage, en croissance d’effectifs.

Pourtant en 2016 les accidents du travail déclarés et reconnus concernent deux fois plus les hommes et les arrêts de travail concernent 2/3 d’hommes pour 1/3 de femmes.

Les branches d’activités les plus accidentogènes par sexe

Les femmes et les hommes sont répartis inégalement selon les branches d’activités qui peuvent être à prédominance féminime, masculine ou mixte. Au-delà des secteurs d’activité, il existe également une représentation sexuée de certains emplois et activités.

En 2016, les secteurs qui enregistrent le plus d’accidents de travail avec arrêts et de maladies professionnelles pour les femmes sont :

  • Les services de santé
  • Les services d’action sociale
  • Le nettoyage
  • Le travail temporaire
  • Le commerce
  • L’industrie de l’alimentation

Les deux branches d’activités qui comptabilisent le plus d’accidents de trajets pour les femmes sont : les services, santé, nettoyage et travail temporaire, ainsi que les secteurs de la banque et des assurances.

Le BTP, les industries de transports, de l’eau, du gaz et de l’électricité sont les branches d’activités qui comptabilisent le plus d’accidents du travail avec arrêts chez les hommes. Le BTP et la métallurgie causent le plus de maladies professionnelles. Concernant les accidents de trajets, il s’agit des secteurs des services, du commerce, des industries de l’alimentation, de la santé et du travail temporaire.

Prendre en compte des conditions d’exposition différenciées pour les femmes et les hommes, serait une manière pertinente de progresser dans l’évaluation et la prévention des risques professionnels pour tous et pour toutes.

Le Groupe JLO et la prévention des risques

Habilité IPRP, TMS Pros et référencé par la Carsat, le Groupe JLO est un spécialiste des sujets de l’amélioration des conditions de travail et de la prévention des risques professionnels. Nos consultants et ergonomes vous accompagnent dans la mise en place de votre politique de santé en travail, par la prévention des risques physiques et psychosociaux et par l’intégration des risques dans le Document Unique via le logiciel de notre partenaire 1-One. Un Document Unique produit à la demande sur des périodes de référence et un périmètre métier ou géographique choisi intégrant les RPS.

Je souhaite être accompagné dans l’analyse des risques

 

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

Publié le 14 décembre 2018 dans Actualité du groupe Santé au travail

Contact Linkedin Twitter