Le G7 déclare l’égalité professionnelle grande cause mondiale

Les 9 et 10 mai 2019, les ministres en charge des questions d’égalité entre les femmes et les hommes des membres du G7 se sont réunis en France, à Bondy, afin de préparer le sommet qui aura lieu fin août à Biarritz. Trois priorités ont été fixées lors de cette réunion : 

  • La lutte contre les violences sexistes et sexuelles (et principalement contre les mutilations génitales féminines et les mariages forcés), 
  • Les moyens pour garantir et soutenir l’accès à l’éducation des femmes, 
  • L’émancipation économique, avec la remise du prix de l’AFD (Agence Française de Développement) pour l’innovation au service des femmes en Afrique. 

Appuyé par les recommandations du conseil consultatif, constitué d’experts et de personnalités du monde artistique, de la société civile et d’organisations internationales, les membres du G7 s’engageront à Biarritz à adopter au moins une loi en faveur des femmes parmi le recueil qui aura été constitué pour l’occasion

Le G7 déclare l’égalité professionnelle grande cause mondiale
Le G7 réunit chaque année depuis 1975, 7 pays dont la France, l’Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni. Sur cette photo du 10 mai 2019 : Marlène Schiappa (France), Katrhyn Kaufman (Etats-Unis), Baronne Williams of Trefford (Royaume-Uni), Kazuyuki Nakane (Japon), Vincenzo Spadafora (Italie), Caren Marks (Allemagne), Maryam Monsef (Canada) et Vera Jourova (U.E).

La lutte contre les violences sexistes et sexuelles 

Pour mieux lutter contre les violences sexistes et sexuelles, le G7 se mobilise en priorité sur deux axes : la lutte contre les mariages forcés et le harcèlement en ligne. D’après les chiffres 2018 de l’Unicef  : 

  • 200 millions de femmes et de filles dans le monde ont subi une forme de mutilation génitale
  • 12 millions de filles sont mariées de force chaque année dans le monde. 

Définir des lois qui protègeront et qui soutiendront l’émancipation et l’autonomisation des femmes partout dans le monde pour lutter contre les mutilations sexuelles et les mariages précoces est l’objectif du G7. 

En 2018, 73% des femmes ont été victimes de violence en ligne d’après une étude du HCF*. 92% du contenu des propos rapportés est sexiste (insultes, menaces de viol, mysoginie) et toujours accessible sur les plateformes concernées (Facebook, Twitter et Youtube). La croissante propagation de la violence et du harcèlement en ligne à l’encontre des femmes pose un problème auquel les Etats n’ont pas trouvé de réponses efficaces. C’est pourquoi le G7 se mobilise pour interpeller les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) pour sanctionner et mener un travail pédagogique en parallèle.  

*Etude sur la violence en ligne réalisée par le Haut Conseil Français pour l’égalité entre les femmes et les hommes. 

L’émancipation économique 

Un quart des femmes africaines ont créé une entreprise, et un tiers déclare avoir un projet de création. C’est pourquoi, plusieurs états ont décidé d’œuvrer pour l’autonomisation des femmes, particulièrement en Afrique et au Sahel, en les accompagnant dans le financement de projets.

Le 9 mai 2019, 5 trophées ont été remis aux lauréats de la 3ème édition de l’AFD Digital Challenge « l’innovation au service des femmes en Afrique ». Des prix récompensant des startups qui font de l’innovation numérique un facteur d’inclusion des femmes sur le territoire africain. 

L’entrepreneuriat était également à l’honneur avec la présence de la Banque Mondiale et du Conseil de l’Europe qui ont présenté les moyens de financements publics en faveur de l’égalité femmes-hommes. 

L’accès à l’éducation des filles 

Aujourd’hui, deux-tiers des adultes analphabètes dans le monde sont des femmes. L’accès à une éducation de qualité pour les femmes et les filles en favorisant la formation tout au long de la vie est une priorité du G7. 

Nous vous accompagnons dans votre politique d’égalité professionnelle 

De par ses labels, Egalité professionnelle et Diversité, et ses engagements (signature du manifeste « sexisme pas notre genre », charte LGBT de l’Autre Cercle…) le Groupe JLO a toujours fait de la lutte contre les inégalités une priorité. Du diagnostic à la mise en place de plan d’actions, jusqu’à la préparation à la labellisation, nos équipes accompagnent les structures dans la définition et la mise en place de leur politique diversité en faveur de l’égalité professionnelle femmes-hommes.  

Je souhaite être accompagné à la labellisation

Parce que nous nous voulons être exemplaires, nous avons publié d’ores et déjà le résultat du calcul de notre index de l’égalité professionnelle qui est de 85/100. 

Relire notre article sur l’index de l’égalité professionnelle

Référencé Datadock, le Groupe JLO propose aux entreprises de former leur futur référent en matière de lutte contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel.

Retrouvez notre calendrier de formation inter-entreprise des référents en matière de lutte contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

Publié le 22 mai 2019 dans Actualité du groupe

Contact Linkedin Twitter