Travail et bien-être : quel ressenti pour les salariés européens ?

Près de deux-tiers des Européens effectuent des heures supplémentaires non rémunérées d’après la dernière étude réalisée par ADP*. Alors que plus de la moitié des interrogés préfèreraient travailler seulement 4 jours par semaine, et que près d’un quart déplore un management déficient, le bien-être au travail en prend un coup. Stress au travail, discriminations liées à l’âge ou au genre … comment préserver la santé mentale des actifs européens ? 

Travail et bien-être : quel ressenti pour les salariés européens ?
*The Workforce View in Europe 2019 – par Opinion Matters pour ADP auprès de 10 585 actifs européens provenant de 8 pays : France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Espagne, Suisse et Royaume-Uni.

Un stress persistant nuisant à la santé mentale au travail 

Plus stressé que jamais, un Européen sur six déclare subir un stress quotidien, seul un salarié sur huit estime n’avoir jamais subi de stress. Un taux d’autant plus élevé dans les secteurs comme : 

  • Le commerce, les médias et le marketing (21%) 
  • La restauration, les loisirs et les services financiers (20%) 
  • La santé (19%) 
  • Les voyages et transport (18%) 
  • L’enseignement (17%) etc… 

28% des collaborateurs européens pensent que leur employeur ne s’intéresse pas à leur bien-être psychologique. Un climat de méfiance qui ne facilite pas la parole puisque près d’un travailleur sur trois ne se sent pas à l’aise pour en parler. Parmi les autres, 43% en discuteraient avec un ami proche ou un collègue, 30% avec leur manager et seulement 13% avec les ressources humaines. 

Malgré tout, les mentalités tendent à évoluer avec les nouvelles générations. Ainsi, les 16-34 ans sont-ils 78% à affirmer qu’ils se confieraient à propos de problèmes rencontrés au travail.  

Les attentes des salariés européens 

En moyenne, les Européens estiment travailler 4h47 par semaine, gratuitement. 12% affirme même faire plus de 10 heures supplémentaires par semaine (réparties sur le temps de déjeuner, le soir ou le week-end). 

Face aux changements dans les méthodes de travail et les organisations, face à la demande d’une meilleure conciliation des temps de vie, 56% des actifs européens déclarent qu’ils préfèreraient travailler sur 4 jours. Parmi eux, 78% voudraient travailler plus pendant cette durée pour gagner le même salaire et 22% seraient prêt à travailler moins, quitte à gagner moins. Une méthode qui aurait fait ses preuves en Angleterre avec des gains de productivité à la clé. 

En termes de productivité, les actifs européens ont identifié trois principales entraves à celle-ci : 

  • Un mauvais management 
  • Des systèmes et processus inefficaces 
  • Le manque de personnel de soutien (en hausse de 14 points depuis l’année dernière) 

Quelles conséquences pour les RH ? 

Malgré les nombreux défis à relever, l’étude fait également ressortir des points positifs, comme l’optimisme des salariés pour les cinq prochaines années, ou le regain de confiance en leurs compétences personnelles. 

Pour autant les entreprises sont encore en retard sur la prévention du stress et la gestion de la santé mentale et de la qualité de vie au travail de leurs collaborateurs. Pour la deuxième année consécutive, le management défectueux est pointé du doigt comme entravant la productivité. 

Le juste équilibrage des temps de vie semble se confronter aux souhaits des actifs européens d’une part et à la réalité du terrain d’autre part. Les nouvelles organisations et les nouvelles méthodes de travail (télétravail, flex-office etc…) peuvent être des réponses à ces problématiques. 

Le Groupe JLO, expert de la prévention des risques psychosociaux (RPS) 

Nos équipes de psychologues du travail accompagnent les entreprises dans la prévention et la prise en compte des risques psychosociaux (RPS), par la mise en place de politique de santé au travail et l’analyse des risques professionnels (DUERP).  

Nous accompagnons également les collaborateurs en souffrance par la mise en place de lignes d’écoute dédiée, de permanences d’assistance psychologique, et dans la gestion des situations de stress post-traumatique. 

Je souhaite faire un diagnostic des RPS 

Aidez-moi à intégrer les RPS dans le DUERP 

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.
Contact Linkedin Twitter