L’âge : quels impacts sur la relation au travail ?

95% des salariés de moins de 30 ans estiment que leur travail doit être utile et avoir du sens, d’après le dernier livre blanc réalisé par Horoquartz et OpinionWay*. Une attente qui n’est pas uniquement l’apanage des jeunes, puisque les plus de 60 ans sont majoritairement du même avis.

On compte aujourd’hui quatre générations qui se côtoient au travail, des baby-boomers aux millennials. Comment ces différentes générations interagissent-elles ? Ont-elles les mêmes attentes du travail ?

*Etude réalisée en avril 2018 par interview en ligne, sur 2 253 actifs français  issus d’un échantillon représentatif de collaborateurs issus des secteurs publics et privés.

Le sens du travail, plus important pour les jeunes ?

65% des Français, hommes et femmes confondus, accordent beaucoup, voire énormément d’importance, à leur travail. Contrairement aux idées reçues, ce chiffre n’est pas si différent entre les moins de 30 ans (68%), et les plus de 60 ans (65%).

Les femmes, ainsi que les collaborateurs de la fonction publique, sont plus nombreuses à y attacher de l’importance.

Des générations aux attentes différentes ?

L’âge n’est pas toujours un facteur déterminant dans les attentes des collaborateurs envers leur travail :

  • pour 96% des actifs français, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est important (avec un écart minime de 2% entre les moins de 30 ans et les plus de 60 ans),
  • plus de 9 collaborateurs sur 10 accordent de l’importance à l’autonomie qui leur est laissée dans la réalisation de leurs missions,
  • pour 90% d’entre eux, développer ses compétences et évoluer dans son entreprise reste un enjeu majeur (d’autant plus pour les femmes ; pourcentage de 5 points supérieur à celui des hommes).

La rémunération reste également un élément important pour 8 collaborateurs sur 10, et davantage pour les jeunes pour qui le salaire en début de carrière est vraiment un critère à prendre en compte (84% pour les moins de 30 ans contre 71% pour les plus de 60 ans). Un intérêt plus grand encore pour les femmes, peut être en raison des inégalités salariales existantes. A contrario, la rémunération est un critère nettement moins important chez les collaborateurs de la fonction publique.

Autre facteur de différence, la souplesse des horaires de travail est davantage plébiscitée par les actifs entre 30 et 59 ans, que par les plus jeunes ou les plus âgés qui n’ont souvent pas, ou plus d’enfants à charge. Les femmes sont également plus nombreuses à y accorder de l’importance (85% contre 77% d’hommes).

L’organisation du travail : un clash générationnel

C’est dans l’organisation du travail que l’on constate une différence significative entre les générations. Le télétravail est par exemple, une forte attente pour 55% des moins de 30 ans contre seulement 34% des plus de 60 ans, tout comme le temps partiel pour 32% des moins de 30 ans, contre 16% des plus de 60 ans. Les femmes sont plus demandeuses de ces nouvelles formes d’organisation du travail. Elles y voient un moyen efficace de concilier vie professionnelle et vie privée.

Le Groupe JLO promoteur de la diversité

Comme le montre cette étude, et contrairement aux idées reçues, les différences entre générations ne sont pas si marquées. D’autres facteurs rentrent en ligne de compte, comme le genre, le niveau de diplôme ou le type d’emploi.  Le Groupe JLO se veut acteur de la promotion de la diversité à travers ses engagements via les labels Diversité et Egalité professionnelle. Nous croyons pleinement que la diversité culturelle est vectrice de compétitivité et de performance pour les entreprises.

En savoir plus.

 

 

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

Publié le 12 septembre 2018 dans Actualité du groupe Diversité

Contact Linkedin Twitter