Diversité au travail : vers un futur plus mixte ?

Aujourd’hui, seuls 17% des métiers seraient mixtes selon le CIDJ* et beaucoup seraient loin d’être paritaires. Mécanicien, ingénieur, sage-femme… de nombreux métiers ont du mal à se détacher de leur étiquette de genre. Dès l’enfance le poids des stéréotypes joue sur les orientations : aux garçons les emplois scientifiques et technologiques, aux filles la santé et le social.

Comment encourager les nouvelles générations à dépasser les préjugés ? Quelles solutions pour diversifier les profils et les talents des entreprises et des secteurs les plus homogènes ? L’avenir et les mutations du travail permettront-ils plus de diversité ?

Diversité au travail : vers un futur plus mixte ?
*Centre d’Information et Documentation Jeunesse.

Peu de métiers sont mixtes et encore moins paritaires

Plus de la moitié des femmes travaillent au sein de seulement 12 familles professionnelles  (souvent les moins qualifiées et les moins rémunératrices) sur un total de 87, que recense l’Insee. Les femmes représentent presque 100% des aides à domicile, 90% des aides-soignantes, 66% des techniciennes de surface. Les talents féminins ne représentent qu’un tiers des ingénieurs et de la R&D, de l’industrie et du numérique et seulement 12% du le BTP.

Les femmes s’autocensurent souvent dans ces filières à connotation masculine qu’elles jugent trop physiques, pénibles, contraignantes ou incompatibles avec une vie de famille. De la même manière cette division sexuée du monde du travail n’encourage pas les hommes à exercer des métiers plus sociaux. Ils ne sont que 1,5% à exercer dans la petite enfance.

Sensibiliser à la diversité

De plus en plus d’entreprises interviennent dans les parcours scolaires afin d’orienter les femmes de demain vers des métiers auxquels elles n’auraient pas réfléchi, bien conscientes des enjeux de la mixité et de l’égalité professionnelle. Prêtes à tout pour dénicher des talents féminins trop rares dans les écoles d’ingénieurs, les entreprises n’hésitent pas à rallonger les délais de recrutement et à privilégier les candidatures féminines à postes et compétences égales.

Blague, humour et comportement sexiste, l’ambiance au travail ne permet pas toujours aux femmes de s’intégrer dans les milieux les plus masculins. Depuis le 1er janvier 2019 les entreprises ont le devoir légal de nommer un référent en matière de lutte contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel. Cependant le seul référent ne saurait être suffisant, c’est pourquoi de nombreuses entreprises se tournent vers des politiques et des engagements en faveur de la diversité et de l’égalité professionnelle tels que :

  •  la sensibilisation des équipes
  • les formations
  • les règlements et chartes éthiques
  • la réflexion sur  les temps de vie et la pénibilité des postes de travail

Je souhaite former un référent en matière de lutte contre le sexisme et le harcèlement sexuel

Les mutations du travail : vers plus de mixité ?

Les projets de transformation des entreprises et du travail ont toujours un objectif, financier, organisationnel, de production etc… les déménagements, réorganisation peuvent ainsi réduire ou renforcer les inégalités. Le télétravail peut-être profitable à tous, par exemple si l’on s’assure qu’il permet de concilier les temps de vie et qu’il ne freine pas l’évolution des carrières.

D’après certains experts le numérique pourrait détruire des emplois dans les secteurs les moins qualifiées où les femmes sont très présentes. D’autres études avancent que les métiers se verront d’avantage transformés que détruits. On le constate déjà dans certains métiers comme l’aide à domicile avec l’installation d’outils de télégestion qui changent le rapport patient-salarié.

Pour que les projets de transformation numériques à venir puissent réduire les inégalités, ils devront analyser et diagnostiquer en amont les inégalités existantes. Il sera nécessaire de s’interroger collectivement pour mesurer l’impact et l’objectif des transformations sur la mixité, l’évolution de carrière, ou l’organisation du travail.

Groupe JLO, labellisé diversité par l’AFNOR

Fier de ses engagements, le Groupe JLO entretient depuis toujours une politique diversité innovante. Nous sommes fiers d’annoncer pour l’année 2018 un taux d’emploi de personnes en situation de handicap de 13,28%, en progression et bien au-delà des obligations légales (6%). Nous avons également formé en interne un référent pour lutter contre les agissements sexistes et le harcèlement sexuel dès le 1er janvier 2019. Parce que nous nous voulons être exemplaires, nous avons publié en avance le résultat du calcul de notre index de l’égalité professionnelle qui est de 85/100.

Je souhaite être accompagné dans ma politique diversité

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

Suivez-nous

Contactez-nous

Contact Linkedin Twitter