Etat des lieux du travail, l’opinion des salariés européens

Un salarié sur cinq en Europe déclare avoir des difficultés à être productif d’après l’étude The Worforce View 2018* réalisée par ADP. Alors que les changements dans l’organisation et dans les outils de travail s’accélèrent,  comment les salariés se positionnent-ils ? L’analyse du Groupe JLO sur les aspects Qualité de Vie au Travail de cette étude.

Etat des lieux du travail, l’opinion des salariés européens - Groupe JLO, conseil RH en Qualité de Vie au Travail, handicap, diversité, santé au travail et maintien en emploi

*Etude The workforce view in Europe, 2018, menée par Opinion Matters, pour ADP. Echantillon composé de 9 908 adultes actifs dans huit pays européens : Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni et Suisse.

L’âge, premier critère de discrimination

En Europe comme en France, les entreprises sont tenues de lutter contre toutes les formes de discrimination fondée sur le sexe, l’origine, l’âge, la religion etc… Pourtant plus d’un salarié sur trois s’est déjà senti discriminé. Un chiffre au-dessus de la moyenne en France (37%).

Les environnements de travail n’auront jamais été aussi mixtes du point de vue générationnel, pourtant 18% des sondés pensent que leur âge est un frein à leur évolution. Un sentiment qui augmente l’âge avançant. Le critère de l’âge arrive ainsi en tête des discriminations (10%), et augmente chez les populations les plus âgées (17% pour les plus de 55 ans).

La discrimination fondée sur le genre est un critère d’avantage pondéré par les femmes (12% vs 8% en moyenne), dans une Europe où rappelons-le, les femmes sont encore rémunérées 16,3% de moins que les hommes. Un constat d’écart qui a conduit de nombreux pays a imposé des reportings sur l’écart salarial, comme en  France où 32% des salariés sont favorables à cette mesure.

Les attentes des salariés. Quelles motivations ? Quel engagement ?

Pour presque la moitié des salariés européens (47%) le salaire est le premier critère de motivation, un chiffre stable depuis 2016. L’argent n’est cependant pas le seul facteur affectant le bien-être au travail. Parmi les attentes exprimées on retrouve :

– l’équilibre vie privée / vie professionnelle (22%),

– les relations entre collègues (21%),

– la reconnaissance de la part du management (18%).

Ce sont 6% des salariés qui déclarent n’être motivés par rien. Un chiffre en hausse en lien symptomatique avec le développement du bore-out (ennui au travail).

Dans un monde toujours plus concurrentiel, les entreprises sont très attentives à la motivation de leurs collaborateurs, alors qu’une personne sur dix déclare ne jamais être au maximum de sa productivité. Les secteurs les plus touchés sont :

  • Les ventes, la communication, le marketing, où 36% des salariés déclarent ne pas être au maximum de leur productivité,
  • le secteur de la santé (33%),
  • le commerce de détail, la restauration (32%).

Outre la motivation, parmi les trois obstacles majeurs à la productivité on peut noter :

  • un mauvais management (19%),
  • des systèmes et processus inefficaces (18%),
  • une technologie lente et inadaptée (15%).

La santé au travail en berne

Comme l’année dernière, l’étude révèle une Europe au travail stressée : 18% des interrogées déclarent souffrir du stress quotidiennement, une hausse inquiétante de 5 points en un an. La France occupe d’ailleurs la deuxième place, derrière la Pologne, avec un salarié sur cinq souffrant de stress au quotidien.

Le stress n’est qu’un des aspects révélateurs de l’absence de politique de santé au travail comme le montre l’étude, puisque presque la moitié des interrogés estiment que leur entreprise s’intéresse peu, voire pas du tout, à leur bien-être mental.

Le Groupe JLO, développeur de QVT

En tant que laboratoire d’innovation sociale, le Groupe JLO défend des politiques de ressources humaines responsables, et met un point d’honneur à appliquer ces recommandations au sein de sa structure. Doublement labellisé Egalité professionnelle et Diversité, le Groupe JLO vient de mettre en œuvre un baromètre QVT interne, déployé sur plusieurs mois.

En savoir plus

 

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

Participez à notre prochaine Matinale : Comment mieux piloter vos démarches QVT avec le digital ?

Paris – 11 octobre 2018 – 9h – 11h

Contact Linkedin Twitter