Le coût des cancers professionnels

Environ 1,3 millions de personnes décèdent du cancer tous les ans en UE. Les recherches ont montré que plus de 10% de ces cancers seraient dus à une exposition à des agents cancérigènes dans le cadre du travail. L’étude de l’Institut Syndical Européen* en a recensé 25 principaux, les trois premiers étant les gaz d’échappement, la silice et l’amiante.

Un coût humain et financier très lourd, estimé entre 270 et 610 milliards d’euros, soit jusqu’à 4,1% du PIB de l’UE. Un coût sociétal majoritairement assumé par les travailleurs et leur famille.

Le coût des cancers professionnels - Groupe JLO

*Etude de l’ETUI réalisée en 2017 intitulée « The cost of occupational cancer in the EU-28 ».

Relire notre actu : « Cancer et travail : quel équilibre entre performance et vulnérabilité ? »

Afin d’évaluer le véritable impact financier des cancers liés au travail, l’étude a estimé les coûts à travers différentes projections, ce qui explique l’écart entre l’estimation basse et l’estimation haute. Trois types de coût ont été identifiés :

  • Les coûts directs: les coûts médicaux comprenant le traitement et tout ce qui résulte du cancer (hospitalisation, chirurgie etc…)
  • Les coûts indirects: perte de productivité du salarié pour l’entreprise
  • Les coûts humains: baisse de la qualité de vie, douleurs, stress etc…

Les hommes sont plus touchés que les femmes par les cancers professionnels ;  entre 6% à 12% d’entre eux, versus 3 à 7% des femmes. Pour autant les femmes et les hommes ne sont pas exposés de manière égale aux agents cancérigènes, certains étant prépondérants dans les secteurs des services ou de la santé et donc à une population plus féminine.

L’étude met également en lumière la population des travailleurs exposés aux agents cancérogènes susceptibles de déclarer un cancer dans les prochaines années. On estime que 6,7% des 15 à 28 millions d’Européens exposés aux vapeurs diesel de 1966 à 2005 déclareront un cancer du poumon ou de la vessie. Cela représenterait entre 100 000 et 250 000 personnes rien qu’en France.

Un constat “inacceptable” pour Laurent Vogel, chercheur senior à l’ETUI qui pense que ces situations pourraient être évitées grâce à une prévention efficace.

L’enquête révèle également que les budgets dédiés à la recherche sont insuffisants alors que les cancers continuent de s’étendre. L’intérêt scientifique autour de ce sujet est également en berne avec 2/3 de publications scientifiques en moins depuis 10 ans.

Le Groupe JLO, spécialiste du maintien en emploi                      

En tant qu’acteur majeur de la prévention de la désinsertion professionnelle, les équipes du Groupe JLO accompagne vos collaborateurs et votre entreprise dans le maintien en emploi de vos salariés en difficulté.

Je souhaite faire accompagner un collaborateur pour un maintien en emploi

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

Publié le 17 janvier 2019 dans Actualité du groupe Santé au travail

Contact Linkedin Twitter