Chômage et raréfaction des talents : les inégalités se creusent

Le diplôme et les compétences rares sont deux critères primordiaux dans l’évolution de la carrière professionnelle des Français. En 2017, le taux de chômage des non-diplômés est presque quatre fois supérieur à celui des personnes possédant un diplôme supérieur à bac +2*. De la même manière, certains secteurs comme la finance, l’immobilier ou certains postes dans les achats ou la supply chain rémunèrent davantage et contribuent aussi à creuser les inégalités.

Chômage et raréfaction des talents : les inégalités se creusent - Groupe JLO, développeur de QVT
*Source : Insee – Données 2017 – Observatoire des inégalités.

Le taux de chômage selon le diplôme et l’âge

Le diplôme reste toujours aussi valorisé en France pour entrer sur le marché du travail et pour évoluer. En moyenne, on compte 5% de chômeurs détenant un diplôme supérieur à bac+2 contre plus de 18% pour les non-diplômés.

L’âge est également un facteur déterminant, puisque les jeunes de 15 à 29 ans non-diplômés sont les plus exposés avec un taux de chômage de 39,2%. Cela n’épargne cependant pas les 30-49 ans qui sont 19,6% à connaître la même situation (vs 4,3% des bac+2), ni les plus de 50 ans qui sont 11% dans le même cas (vs 4,9% des bac +2).

Des inégalités face au chômage qui progressent

Depuis 30 ans, les non-diplômés connaissent une augmentation continue de leur taux de chômage. En 1987, leur taux de chômage s’élevait déjà à 11,6% et était deux fois supérieur à celui des personnes possédant un diplôme supérieur à bac+2 (5%). Aujourd’hui, ils sont presque quatre fois supérieurs (18,3% contre 5%).

A contrario le taux de chômage des plus qualifiés n’a cessé de diminuer même s’ils ont également souffert de la crise de 2008. Malgré tout, avoir un diplôme supérieur à bac+2 ne garantit pas l’emploi pour autant car tous les diplômes n’ont pas la même valeur. De plus, la part de personnes diplômées augmentant dans la population active influe positivement sur le taux de chômage de cette catégorie de la population.

Le salaire reste le premier critère de choix

Dans un contexte de guerre des talents et de raréfaction des compétences, le salaire reste le premier critère d’attractivité et de fidélisation**. En France, 75% des cadres et 67% des non-cadres le définissent comme critère numéro un de choix d’un employeur avant :

  • La nature de la mission (72% des cadres / 53% des non cadres)
  • L’équilibre des temps de vie (49% des cadres)
  • L’ambiance au travail (46% des non-cadres)

Des augmentations inégales selon les secteurs

En 2019, 34% des cadres s’attendent à percevoir une augmentation de plus de 7% et 29% des non-cadres à une augmentation de plus de 3%. Certains profils très recherchés dans les achats ou la supply chain peuvent eux s’attendre à des augmentations de plus de 10% en cas de changements de postes.

Les professionnels RH comme les directeurs talents, les HR Business Partner et les spécialistes des SIRH font également partie des cadres les plus recherchés (+18% du volume d’offre d’emploi en 2018 vs 2017).

Chez les cadres, les métiers les plus gagnants en 2019 sont :

  • Les métiers de la finance : 7% d’augmentation en moyenne
  • L’immobilier / construction : 4% d’augmentation en moyenne
  • La santé : 4% d’augmentation en moyenne

Chez les non-cadres :

  • Fonction d’administration des ventes : 8% d’augmentation en moyenne
  • Construction : 3% d’augmentation en moyenne
  • Digital : 3% d’augmentation en moyenne

Le Groupe JLO, promoteur de la diversité

Le Groupe JLO est fier d’être doublement labellisé Egalité Professionnelle et Diversité. Notre démarche vise à garantir l’égalité salariale et professionnelle femmes-hommes dès le recrutement. Nos valeurs s’inscrivent également dans une démarche inclusive par la pluralité des profils qui composent le Groupe (+ de 50% de femmes, 12,33% de personnes en situation de handicap).

Dans le cadre de vos politiques diversité, nos experts vous conseillent et vous accompagnent dans la définition de la stratégie, du plan d’actions et de sa mise en œuvre.

Je souhaite être accompagné dans ma politique diversité

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

**Etude rémunération Europe et France 2019 par le cabinet de recrutement Robert Walters – 25/01/19.

Contact Linkedin Twitter