Climat social et QVT : quelle ambiance dans les entreprises ?

Les collaborateurs considèrent le climat social globalement bon dans leur entreprise d’après le dernier Baromètre 2018 de l’Observatoire Cegos. 20% des salariés ont perçu une amélioration du climat social contre seulement 9% en 2014 malgré un engagement en baisse et la hausse du stress. Un climat social inégalement perçu selon les sexes, révélateur d’inégalités déjà bien connues.

Climat social et QVT : quelle ambiance dans les entreprises ?

*Enquête réalisée en France auprès de 1 160 personnes travaillant dans des entreprises privées de plus de 100 salariés.

Un climat social qui s’améliore

Si la perception de l’amélioration du climat social est plus prononcée pour les managers et les RH, elle progresse également chez les salariés depuis 2014. 73% des salariés se disent globalement satisfaits du climat social (+10 points vs 2015) contre 80% des managers (+13 points depuis 2015).

L’ensemble des acteurs ont également une vision positive de leur emploi et de leur entreprise :

  • 73% des salariés et 82% des managers sont globalement satisfaits de leur emploi actuel.
  • 74% des salariés et 83% des managers sont fiers de travailler dans leur entreprise.
  • 71% des salariés et 76% des managers sont satisfaits de leur environnement de travail.

Enfin 62% des salariés et 75% des managers considèrent leur travail comme une source d’épanouissement avant d’être une source de contraintes. Une perception plus marquée chez les salariés de moins de 30 ans (70%) et chez les managers ayant un poste de direction (90%).

Une motivation en berne

Si la perception du climat social s’améliore, le niveau d’investissement des collaborateurs tend à diminuer sur le moyen terme. Sur une échelle de un à dix, deux-tiers des managers positionnent leur niveau d’investissement à huit et plus (ce sont 15 points de moins qu’en 2015) pour seulement un salarié sur deux.

Si l’on s’intéresse aux sources de motivation on remarque des disparités entre les attentes des managers et des salariés. La variété du poste est la principale source de motivation des managers, tandis que le niveau de rémunération et la qualité des échanges sont les principaux facteurs de motivation des salariés.

L’efficacité managériale mise en doute

D’après les salariés, la confiance, le droit à l’erreur et l’écoute sont les facteurs sur lesquels les managers doivent jouer pour conserver un climat social favorable. Or, l’étude montre qu’il existe une très grande différence de perception entre les salariés et les managers qui pensent agir de manière très efficace sur ces plans.

Malgré tout, les relations entre salariés et managers restent bonnes :

  • 72% des salariés ont confiance en leur manager
  • 75% des managers ont confiance en leurs collaborateurs
  • 66% des salariés se sentent écoutés et compris par leur manager
  • 66% des salariés se sentent reconnus dans leur travail

L’équilibre travail / vie privée conservé malgré le stress en hausse

84% des salariés déclarent parvenir à préserver un équilibre satisfaisant entre travail et vie privée, c’est 9 points de plus qu’en 2015. C’est également le ressenti de 78% de managers (en hausse de 11 points) et de 86% des RRH (en hausse de 15 points) pour qui la politique RH de l’entreprise leur permet de conserver cet équilibre.

Malheureusement le stress au travail demeure élevé : 59% des collaborateurs affirment être régulièrement stressés bien que les managers soient de plus en plus formés aux RPS (Risques Psycho-Sociaux). La charge de travail reste la principale source de stress malgré une forte diminution depuis 2015. Parmi les autres facteurs de stress l’étude relève :

  • Une mauvaise organisation du travail
  • Le manque de soutien, l’isolement
  • Les changements incessants au sein de l’entreprise
  • La pression externe des clients, fournisseurs, etc…

En plus du stress, un quart des salariés et des managers déclarent que leur travail leur a déjà été la cause de problèmes psychologiques plus graves comme le burn-out ou la dépression.

Des inégalités de perception selon les sexes

Sans grande surprise les écarts de perception entre femmes et hommes sont bien visibles, qu’il s’agisse de la rémunération, de l’équilibre des temps de vie ou du stress. Pourtant les femmes sont plus nombreuses à considérer le travail comme une source d’épanouissement avant une source de contraintes (64% vs 60%).

Parmi les différences de perception, l’étude révèle que :

  • La rémunération est une source de motivation pour 46% des femmes (vs 59% des hommes)
  • 44% des femmes trouvent les rémunérations équitables en fonction de la contribution (55% hommes)
  • L’organisation des horaires convient à 78% des femmes (85% hommes)
  • 57% des femmes subissent un stress régulier au travail (48% hommes)
  • Le travail a déjà causé des problèmes psychologiques graves pour 27% des femmes (23% hommes)

Le Groupe JLO et son baromètre QVT digital

Avant-gardiste, le Groupe JLO a développé en partenariat avec HPI, le premier baromètre digital QVT qui permet de prendre le pouls de votre entreprise. Testé en interne, il nous permet de mesurer le bien-être, l’engagement et le ressenti des salariés sur divers sujets tels que l’organisation, la diversité, la communication, la santé ou la sécurité. Les salariés peuvent laisser des commentaires personnalisés et sont libres de rester anonymes afin de toujours pouvoir s’exprimer librement.

Découvrez SpeakUP le baromètre digital QVT

 

Dans un souci d’accessibilité et de clarté, l’écriture inclusive n’est pas utilisée dans cet article. Les termes employés au masculin se réfèrent aussi bien au genre féminin que masculin.

Publié le 18 décembre 2018 dans Actualité du groupe Qualité de vie au travail

Contact Linkedin Twitter